IRD - Institut de Recherche pour le Développement

L’institut de recherche pour le développement (IRD)

La France est le seul pays à avoir renforcé des organismes publics pluridisciplinaires exclusivement dédiés à la recherche dans le domaine du développement et à la coopération scientifique avec les pays en développement. L’IRD et le CIRAD, pour ce qui concerne la recherche agronomique pour le développement, partagent cette spécificité et contribuent au rayonnement européen et international de l’ensemble la recherche française pour le développement. Ils sont placés sous la tutelle conjointe des ministères de l’Enseignement Supérieur (MES) et de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE).

De nos jours, l’IRD est implanté dans 23 de ces pays et dans 5 régions et communautés d’Outre-Mer  ; et développe des partenariats dans plus de 90 pays.

La mission centrale de l’IRD est de contribuer, prioritairement en zone intertropicale et méditerranéenne, à construire le socle de compétences et de connaissances nécessaire pour rendre compatibles lutte contre la pauvreté, réduction des inégalités de développement, changements globaux et atteinte des Objectifs du Développement Durable.

Pour cela, l’Institut :
- engage la recherche scientifique et son potentiel d’innovations au service du développement durable et de la création du monde de demain
- mobilise l’ESR français pour accompagner les communautés de recherche des PED et y renforcer leur autonomie et leur capacité de recherche
- développe des activités de conseil et d’expertise scientifique auprès des gouvernements et des organisations européennes et internationales sur les questions de développement durable.

PNG - 15.2 ko
Logo de l’IRD
IRD

L’IRD au Mali

Des partenariats exigeants ancrés de longue date

Le partenariat « sud-nord » mobilisé au Mali par l’IRD est ancien et exigeant. Nombre des partenaires maliens sont reconnus au plan international. Ce partenariat s’inscrit dans des accords de coopération signés avec le Ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, les quatre Universités de Bamako, l’Université de Ségou et de nombreux Instituts nationaux engagés dans la recherche pour le développement, l’analyse prospective et/ou la statistique. Ce cadre permet de conventionner la mise en œuvre de programmes de recherche pour le développement.

Une dynamique de mutualisation des instruments français

D’une façon générale, le SCAC et l’IRD collaborent étroitement dans les domaines de la formation, du renforcement de capacités de l’ESR malien et de la communication. Au delà des partenariats impliquant l’IRD au Mali qui bénéficient d’un appui du SCAC et qui sont basés sur des appels compétitifs, le SCAC et l’IRD mobilisent des partenariats de recherche/expertise sur des problématiques tel que le défi mondial de l’urbanisation accélérée où la politique nationale de la ville.

Des thématiques ciblant les priorités nationales et les ODDs

Une vingtaine d’unités mixtes de recherche de l’IRD (UMR) développent des partenariats au Mali, principalement sous forme des missions de courte ou longue durée. Ces UMR, qui mutualisent diversement et principalement IRD, CNRS, CIRAD, INRA, EPEH, EHESS et nombre d’Universités françaises, se concentrent sur les priorités nationales et les ODD dans les thématiques suivantes :

  • Suivi du climat, de l’environnement et de la coévolution entre les ressources naturelles et leurs usages (ODD n°6, n°13 et n°15) : Avec l’utilisation par exemple des ondes hertziennes commerciales pour cartographier les précipitations.
  • La Santé pour tous et à tout âge (ODD n°3) : Lutte contre les maladies transmissibles (paludisme, VIH sida, hépatites méningites) et non transmissibles (cancer, diabète), amélioration de la santé maternelle et néonatale, accès aux médicaments, la valorisation économique et sociale des plantes médicinales
  • Amélioration de la nutrition et promotion de l’agriculture durable (ODD n°2). La recherche sur la lutte contre les maladies des plantes (production d’outils moléculaires d’épidémio-surveillance, de compréhension des interactions plantes-agresseurs, de diagnostic et de contrôle) bénéficie par exemple du financement par l’IRD
  • La promotion des sociétés pacifiques et ouvertes (ODD n°16), des villes ouvertes à tous et sûres (ODD n°11), l’autonomisation des femmes et des filles (ODD n°5) et éliminer la pauvreté (ODD n°1), tout en préservant les écosystèmes et la biodiversité (ODD n°15)

Pour en savoir plus, visitez le site de l’IRD Mali

Dernière modification : 29/08/2018

Haut de page