L’Agence Française de Développement

L’Agence Français de Développement au Mali

Le Mali est un pays prioritaire de l’aide française. En 2017, l’AFD y soutient 55 projets pour un engagement cumulé de 357 millions d’euros. Partenaire du Mali depuis 1958, l’AFD intervient dans les domaines prioritaires grâce à des prêts, des subventions et un accompagnement technique.

L’AFD accompagne le pays dans quatre domaines : infrastructures, développement humain, développement rural et secteur privé. Elle contribue également à améliorer la gouvernance (finances publiques et décentralisation).

JPEG - 145.2 ko
Logo de l’AFD
Agence Française de Développement

Faciliter l’accès à l’eau potable

Face à la croissance démographique, faciliter l’accès de tous à une eau potable devient un enjeu crucial. C’est pourquoi l’AFD intervient aussi bien dans la capitale, Bamako, qu’en milieu rural.
Nous agissons sur deux volets : l’assainissement et la gestion de l’eau.

En dix ans, nos projets sont nombreux : adductions en eau potable dans 18 communes de la région de Mopti et Kayes, construction des stations d’épuration et de traitement à Kabala, en amont de Bamako, création de deux sociétés publiques de gestion de la ressource hydrique.

Réformer le secteur de l’énergie

La société publique EDM gère la production et la distribution de l’électricité au Mali et achète de l’énergie à la Côte d’Ivoire. Elle est déficitaire, ce qui génère des tensions de trésorerie et ralentit les investissements nécessaires dans un secteur dont la demande croît de 10 % par an. Le gouvernement malien veut engager des réformes de fond pour étendre les réseaux de transport et de distribution, augmenter la production d’énergie et alimenter les zones rurales en électricité.

L’AFD répond présent. Elle finance par exemple la construction du barrage hydroélectrique de Manantali, sur un affluent du fleuve Sénégal qui constitue aujourd’hui la principale source d’approvisionnement d’énergie renouvelable du Mali. Elle développe également des réseaux hybrides solaires-thermiques pour électrifier les communes rurales. Et elle s’engage pour optimiser l’interconnexion des réseaux malien, sénégalais, mauritanien et guinéen.

Retrouver un enseignement de qualité

Le défi consiste à renouer avec un enseignement de qualité et étendre l’accès à l’éducation. L’AFD se mobilise, notamment pour les filles, les enfants semi-nomades et les plus pauvres.

En 2013, nous avons lancé la construction de cinq lycées et amélioré l’offre scolaire dans les régions du Nord (Gao). Nous finançons également la formation professionnelle dans les métiers du BTP et du secteur agricole (construction de deux centres de formation à Ségou et à Sikasso).

Renforcer l’agriculture

L’AFD intervient pour structurer les filières agricoles. Elle accompagne une gestion concertée et soutenable des ressources naturelles dans les régions de Ségou et de Tombouctou, renforce la sécurité alimentaire dans les périmètres irrigués autour du fleuve Niger, promeut des pratiques agricoles durables auprès des exploitations familiales qui cultivent le coton et améliore la transformation des produits agricoles.

Pour renforcer les investissements dans le monde rural, nous soutenons également l’accès aux services financiers (crédits, microfinance), par exemple avec la création de la Banque nationale de développement agricole (BNDA) en 1981.

Soutenir le secteur privé

L’enjeu est de créer des emplois de qualité et de former les futurs salariés du secteur industriel.

Pour y parvenir, l’AFD accompagne les entreprises via des outils financiers dédiés : crédits aux banques locales, mécanisme de partage des risques (ARIZ), financements de Proparco, microfinance et soutien aux investissements productifs issus de la diaspora malienne.

Accompagner l’accord pour la paix et la réconciliation

L’accord pour la paix et la réconciliation a été signé en 2015. À la suite à ce succès diplomatique, l’AFD intervient dans les régions du nord du Mali et son périmètre d’actions est multiple : éducation, santé, eau, énergie, agriculture familiale et pastorale, développement local, gouvernance.

Elle agit selon les principes de la décentralisation, un outil politique identifié comme un facteur de réussite majeur dans la mise en application des programmes, et un vecteur de résorption des fragilités du pays.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Agence française de développement

Dernière modification : 29/08/2018

Haut de page