Table ronde et spectacle sur les enjeux et défis de la lutte contre l’excision et les mutilations génitales féminines (mardi 5 février)

A l’occasion de la Journée Internationale de Tolérance zéro aux Mutilations Génitales Féminines/Excision (MGF/E), le Fonds des Nations-Unies pour la population (FNUAP), l’Ambassade de France, l’Ambassade du Royaume-Uni et le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille se sont associés dans l’organisation d’une table ronde sous-régionale sur les mobilisations au Mali et en Afrique de l’Ouest pour la lutte contre l’excision et les MGF/E.

La table-ronde s’est tenue le 5 février à l’Institut Français du Mali, et a rassemblé des personnalités engagées du Mali et de l’Afrique de l’Ouest. L’événement a été lancé par Mme Cat Evans, Ambassadeur du Royaume-Uni, Mme Françoise Gianviti, Conseillère de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, Mme Josiane Yaguibou, Représentante résidente du FNUAP, et M. Youssouf Bagayoko, représentant du ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Les personnalités invitées ont débattu autour des trois thématiques suivantes :
1) L’excision/les MGF : une tradition profondément ancrée dans les normes sociales. Le défi du changement de comportement ;
2) L’excision/les MGF : une question de santé publique ;
3) L’excision/les MGF au spectre des droits humains et des outils juridiques.

Les débats ont été suivis d’un spectacle poignant de la danseuse, chorégraphe et militante Fatoumata Bagayoko, qui a présenté son solo « Fatou t’as tout fait », dans lequel elle traite de l’excision.

Nous adressons nos remerciements à l’ensemble des panélistes ainsi qu’au public venu nombreux débattre autour de ce sujet capital. Ces mutilations sont une atteinte grave à l’intégrité physique, à leur dignité et à leurs droits, et sont une manifestation de l’inégalité persistante entre les femmes et les hommes, ainsi que l’a rappelé la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères le 6 février dernier. Le Président de la République Emmanuel Macron a fait de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause de son quinquennat, la France continue ainsi de s’engager aux côtés des Nations unies pour lutter contre les mutilations génitales féminines. Elle soutient les acteurs de la santé maternelle et infantile sur le terrain, au travers notamment de l’Agence française de développement (AFD).

Premier panel : Mamadou Traoré (Mali), Halimatou Barry (Guinée), Jean-Claude Oulai (Côte d’Ivoire), Fatoumata Nimaga (Mali).
Crédits photo : Johana Simao, FNUAP
Deuxième panel : Saoudatou Tall (Mali), Rokia Sissoko (Mali), Hafizou Boncana (Mali)
Crédits photo : Johana Simao, FNUAP
Troisième panel : Fatoumata Bagayoko (Mali), Aissetou Kanté (Sénégal), Aminata Traoré (Côte d’Ivoire)
Crédits photo : Johana Simao, FNUAP
Spectacle de la danseuse et chorégraphe Fatoumata Bagayoko
Crédits photo : Johana Simao, FNUAP

Dernière modification : 07/02/2019

Haut de page