Signature d’un projet d’appui aux enseignants du Mali, financé par l’AFD (24 avril 2020)

Retrouvez le discours de M. Joël Meyer, Ambassadeur de France, lors de la signature du « Projet d’Appui à la Professionnalisation des Enseignants au Mali » (PAPEM), financé par l’Agence française de Développement (AFD), en présence de M. Tiébilé Dramé, Ministre des Affaires étrangères.

Le vendredi 24 avril 2020 à Bamako

M. le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale
M Directeur de l’Agence française de développement à Bamako,

Mesdames, Messieurs

Je suis très heureux que nous soyons réunis aujourd’hui pour signer la convention de financement du Projet d’Appui à la Professionnalisation des Enseignants au Mali (PAPEM). Cet événement démontre aussi qu’au-delà de l’urgence sanitaire de la lutte contre le virus du Covid 19, le partenariat franco-malien reste actif pour surmonter les autres défis que le Mali doit affronter. Et offrir une éducation à tous les jeunes Maliens en reste un, majeur.

Ce projet est financé par la France, à travers l’AFD, à hauteur de 10 Millions d’euros, soit 6,5 Milliards de FCFA.

JPEG - 67.1 ko
Malgré l’urgence sanitaire de la lutte contre le virus du Covid 19, le projet PAPEM a pu être lancé ce 24 avril.
AFD

Il s’inscrit dans le nouveau programme décennal de l’Education (PRODEC 2) et vise à améliorer la qualité des apprentissages par la professionnalisation des enseignants à travers un meilleur accompagnement des enseignants du fondamental, exerçant dans les écoles publiques, privées, communautaires et dans les medersas.

Mesdames et Messieurs, ce projet revêt une signification particulière pour le secteur de l’éducation au Mali dont la situation est, comme vous le savez, fragile.

Le Rapport d’état du système éducatif national (RESEN) réalisé en 2017
relève de façon détaillée les nombreuses contraintes auxquelles le secteur de l’éducation au Mali doit faire face, qu’elles soient d’ordre géographique, social, démographique, économique, politique, administratif ou sécuritaire. Je n’en citerai que quelques-unes qui suffisent à comprendre l’ampleur des défis auxquels est confronté le gouvernement : la superficie du pays, la pauvreté, le taux d’analphabétisme et la croissance démographique. Il faut également mentionner, parmi les contraintes, le phénomène de l’orpaillage au Sud (dans les régions de Kayes et Sikasso), qui tend à maintenir un nombre élevé d’enfants dans un emploi informel lié au secteur extractif artisanal, au détriment de leur scolarisation.
Ces contraintes ont des effets directs sur le système éducatif. Les différentes évaluations menées au Mali font ressortir que malheureusement, une majorité d’élèves n’acquiert pas les compétences attendues de leur niveau scolaire.

Comme je le disais au début, ce projet dont nous actons aujourd’hui le lancement, fait partie du programme décennal de développement de l’éducation et de la formation professionnelle, adopté en juin 2019, et qui fait le choix, à travers 5 programmes, de relever les défis de :
(1) l’efficacité interne et externe du système éducatif pour améliorer le rendement interne du système et favoriser l’employabilité et l’insertion socio-professionnelle des jeunes,
(2) la formation et la gestion des enseignants pour que le système dispose d’enseignants qualifiés en nombre suffisant,
(3) l’accès équitable et inclusif à une éducation de base de qualité qu’elle soit formelle ou non formelle,
(4) la gouvernance du secteur pour une gestion optimale des ressources humaines, matérielles et financières et
(5) la résilience du secteur pour mieux prévenir et gérer les risques et vulnérabilités liés aux conflits et aux catastrophes naturelles.

Le projet aujourd’hui d’Appui à la Professionnalisation des Enseignants au Mali se propose d’accompagner le ministère de l’éducation nationale à relever le défi majeur de la formation des enseignants.

Majeur car la qualité de l’enseignement, qui découle de la professionnalisation des enseignants, est un des leviers clés de la réussite des élèves, la diminution des abandons et l’acquisition durable d’un socle de compétence de base.

Le projet a pour objectif de développer des stratégies de formation innovantes, réplicables et soutenables. Une attention particulière sera accordée à l’analyse des pratiques et à l’accompagnement post-formation. Les activités de formations proposées dans le cadre du projet mettront à disposition des bénéficiaires des équipements qui leur permettront d’améliorer leur pratique professionnelle au quotidien (outils pédagogiques telles que des leçons types, des exercices corrigés, le
déroulé et la progression de cours…).

Je ne peux conclure mon propos sans féliciter très chaleureusement le ministère de l’éducation pour l’important travail réalisé et l’exemplarité de notre collaboration. Je profite de l’occasion pour remercier les autorités maliennes de leur confiance dans l’expertise française.

Monsieur le Ministre, je profite de la parole qui m’est donnée pour renouveler le soutien entier de la coopération française à vos côtés : en joignant nos efforts, nous répondrons ensemble aux défis actuels du système éducatif.

Vive la coopération entre la France et le Mali ! Je vous remercie.

JPEG - 55.6 ko
M. Joël Meyer, Ambassadeur de France au Mali
AFD
JPEG - 54.1 ko
M. Tiébilé Dramé, Ministre des Affaires étrangères
AFD

Dernière modification : 24/04/2020

Haut de page