La France et le Mali lancent le programme d’appui au secteur privé du Mali pour un montant de 3,9 milliards de FCFA (5,9 millions d’euros)

Dans le cadre de sa stratégie d’appui au développement du secteur privé au Mali, l’Agence française de développement (AFD) a lancé le 8 juin 2017, en collaboration avec le Ministère de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé et l’Agence pour la promotion des entreprises privées, un Programme d’appui au secteur privé (PASP) du Mali pour un montant de 3, 9 milliards de FCFA (soit 5,9 millions d’euros).


La cérémonie de lancement a eu lieu le 8 juin 2017 au Centre du secteur privé à Bamako en présence du Ministre de la Promotion de l’Investissement et du Secteur privé, M. Konimba Sidibé, et de l’Ambassadrice de France au Mali, Mme Evelyne Decorps.

Le programme d’appui au secteur privé (PASP) du Mali a pour objectif principal d’améliorer la compétitivité des entreprises maliennes. Pour ce faire, il vise à contribuer à l’amélioration de leur compétitivité en répondant à leurs besoins en matière de services non financiers, de renforcement de leur organisation, de préparation de leurs programmes d’investissements et d’accompagnements plus longs comme la mise en place de « process qualité ».

JPEG - 4.4 Mo
Le présidium de la cérémonie de lancement du programme. Agence Française de Développement

Le PASP repose sur une intervention concertée de l’Etat, des organisations représentatives du secteur privé, des institutions financières et des entreprises et son pilotage reflète l’enjeu que constitue aujourd’hui le renforcement du secteur privé au Mali : cohésion entre acteurs publics (ministères et collectivités locales régionales) et privés ; participation active et responsable d’une organisation intermédiaire, le Centre du secteur privé qui constitue le relai des demandes des entreprises et des améliorations nécessaires à un environnement des affaires porteur et stable.

Les effets du programme sur les entreprises bénéficiaires, tenant compte de leurs spécificités, se mesureront principalement en termes de croissance des investissements, immatériels et matériels, d’évolution de leur organisation, et du nombre d’emplois créés dans le secteur non formel.

Dernière modification : 14/06/2017

Haut de page