Education

La France apporte son appui au développement de l’enseignement fondamental, de l’enseignement secondaire et du supérieur au Mali. Cette action s’inscrit aujourd’hui dans la perspective du nouveau programme décennal pour l’éducation et la formation professionnelle « PRODEC 2 », à l’élaboration duquel elle participe aux côtés du gouvernement malien et des autres partenaires techniques et financiers. Les aspects liés à la gouvernance du système éducatif, à l’accès et l’amélioration de la qualité de l’enseignement tout au long du continuum éducatif sont privilégiés, tout comme le renforcement de la formation professionnelle en lien avec les besoins économiques et de développement du Mali. Au supérieur, la France maintient un dispositif de mobilité étudiante significatif, tourné vers l’excellence et le développement. Elle soutient par ailleurs la réforme de l’enseignement supérieur actuellement en cours, notamment dans ses volets de contractualisation, de démarche qualité et de pilotage.

La mise en œuvre du projet PAQAMA par l’AFD (Projet d’amélioration de la qualité et de l’accès à l’éducation au Mali) de 6,6 milliards de FCFA (10 millions d’euros), octroyé fin 2015, est en cours depuis 2016. Le diagnostic des besoins du ministère de l’Education nationale dans la région de Gao (composante 1) et la validation de l’offre d’assistance en matière de renforcement des capacités de pilotage des services centraux du ministère (composante 2) ont été réalisés. Parallèlement, le projet ACEFOR de l’AFD (8 millions d’euros) a contribué au renforcement de la formation professionnelle dans la région de Mopti. En 2018, le projet ACTIF a par ailleurs été lancé. Doté de 10 millions d’euros, il vise à améliorer l’accès des jeunes aux services d’éducation via un enseignement de qualité, l’alphabétisation et des formations professionnelles, ainsi qu’à accroître les capacités de réponse des collectivités aux besoins de formation et d’insertion économique des jeunes.

Dans le cadre du Fonds de solidarité prioritaire « Solidarités francophones », doté de 1 million d’euros, la formation approfondie du corps d’Inspection générale de l’Education nationale s’est achevée fin 2017 et des ressources pédagogiques nouvelles ont été créées. En 2018, le « Master des professeurs des IFM » de l’ENSup, a été renforcé dans son organisation et ses contenus. Cette action vise à accroître la capacité de la formation initiale dans ce domaine crucial pour la qualité de l’enseignement-apprentissage et de la maîtrise des langues. Le FSP « Solidarités francophones » a également permis le renforcement du DER de Lettres-Langues de l’ULSHB, notamment à travers des formations en didactiques du français en France (CAVILAM de Vichy) et à l’Institut français de Bamako.

La France soutient par ailleurs la vie culturelle et le renforcement de la langue française à Mopti où elle apporte une contribution financière directe à l’Alliance franco-malienne, un lieu de vie et de passage où se tiennent spectacles, débats, lectures et cours de langue. Cet appui était de 13 millions de FCFA (20 000 €) en 2017, et du même montant en 2018. Enfin, à travers son programme de « bourses FLE », 10 bourses de stages de formation en pédagogie du français ont été attribuées à des enseignants maliens, dont 3 de l’Alliance franco-malienne de Mopti et 2 membres de la dynamique Association malienne des professeurs de langue française (AMAPLAF). Ces enseignants ont suivi des stages pendant les étés 2017 et 2018 au sein du programme BELC du CIEP, du CLA de Besançon et du CAVILAM de Vichy.

Egalement présente dans le secteur de l’enseignement supérieur, la France apporte son appui technique et financier à l’ambitieuse réforme engagée par le gouvernement malien. En juillet 2016, elle a par ailleurs renouvelé sa participation au programme franco-malien de bourses d’excellence pour quatre ans. Ce programme a pour vocation de permettre, pour les meilleurs bacheliers, la poursuite d’études en France, qui peuvent aller jusqu’au doctorat (bac+8). Depuis 2002, plus de 275 bacheliers ont bénéficié de ce programme. Par ailleurs, depuis 2015, un programme de bourses doctorales a été mis en place. Il a permis le financement de 10 nouvelles thèses en 2018, en France et dans la sous-région. Ce programme annuel contribue au renforcement du corps professoral des universités maliennes.

Dans le cadre du Projet d’Appui à la Compétitivité des Entreprises par la Formation Professionnelle de 5,9 milliards de FCFA (9 millions d’euros), les études préalables à la construction des centres de formation professionnelle de Sikasso et Markala, réalisées en 2016 et 2017, permettant le démarrage des travaux en 2018.

Dans le secteur des médias, la France intervient dans la formation professionnelle et linguistique des journalistes presse, web et radio en partenariat avec la Maison de la Presse, l’URTEL et l’Ecole supérieure de Journalisme de Lille.

JPEG - 273.5 ko
Remise de diplôme aux journalistes lauréats
Crédits photo : Ambassade de France au Mali

Dernière modification : 19/09/2018

Haut de page