Discours du Président Emmanuel Macron à Nouakchott (2 juillet 2018)

Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République à Nouakchott le 2 juillet 2018 en marge du sommet de l’Union africaine.

JPEG - 195.4 ko
Les chefs d’États du G5 Sahel et le président français en réunion Elysée - Présidence de la République française

Monsieur le président,

C’est pour moi un grand honneur d’être accueilli ici à Nouakchott par le président Aziz. Cette visite répond, en effet, à l’invitation qu’il m’avait adressée il y a quelques mois dans la foulée de notre précédent rendez-vous et de nos échanges à Bamako, à Abidjan comme à Paris et j’ai également l’honneur de répondre à une invitation, vous venez de le dire, qui m’a été faite de participer au Sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine. Nous allons nous y rendre ensemble dans un instant. Cet échange sera pour moi l’occasion de marquer mon engagement à renouveler le lien entre la France et le continent africain, entre l’Afrique et l’Europe mais également à repenser ce lien de manière concrète comme nous sommes en train de le faire entre autres sur les questions de sécurité, de lutte contre le terrorisme comme d’éducation pour ne citer que quelques sujets importants.

Le président Aziz est pour moi un partenaire incontournable dans le lien que la France construit avec le continent africain et tout particulièrement dans cette région du Sahel lourdement frappée par le terrorisme. Nous aurons l’occasion de nous rendre ensuite ensemble après cette rencontre dans le cadre de l’Union africaine, au collège de défense, un des centres névralgiques de formation justement de ce G5 Sahel situé ici à Nouakchott. Vous avez rappelé ces cinq pays du Sahel profondément engagés dans la lutte contre le terrorisme et en effet depuis le mois de juillet 2017, nous avons multiplié les rendez-vous pour installer justement la force conjointe du G5 Sahel en juillet 2017 à Bamako, pour lever les financements requis à travers des rendez-vous successifs sur le continent africain comme sur le continent européen et jusqu’à la rencontre de Bruxelles il y a quelques semaines. La constitution d’une alliance pour le Sahel vient compléter la partie militaire d’une partie développement lançant cette initiative. Parlant du G5 Sahel, je veux évidemment ici avoir une pensée pour nos amis maliens suite aux attaques lâches, odieuses, des terroristes au PC de Sévaré puis à Gao. Plusieurs militaires français ont été blessés, ils sont en cours d’évacuation vers la France mais ce sont des civils maliens, des civils africains qui sont tués par le terrorisme et qui sont les premières victimes de ces barbares que nous combattons. Et je veux ici réaffirmer l’engagement évidemment de la France mais je le sais de tous les pays membres du G5 Sahel, pour lutter contre l’obscurantisme, la lâcheté dont les premières victimes sont les Africains eux-mêmes comme l’ensemble des peuples qui sont touchés par leur action.

Nous allons cet après-midi prendre des décisions concrètes là de redéploiement de nos forces et de positionnement pour les prochains mois.

Je sais toute la détermination du président Aziz contre le terrorisme, il l’a montrée dans son pays avec beaucoup d’efficacité, et nous allons travailler ensemble à de nouvelles étapes pour, avec nos partenaires du G5, faire reculer cette menace dans l’ensemble de la région. La relation bilatérale qu’il y a entre nos deux pays ne se limite pas au sujet sécuritaire même s’il est extrêmement important puisque la sécurité est le droit premier dont nos concitoyens ont tous besoin.

Je souhaite en effet que nous puissions poursuivre, intensifier les relations en matière de projets de développement et de liens économiques. L’Agence française de Développement est en train d’accroître sa présence ici, plus de 40 millions d’euros de projets sont en train de se déployer et nous allons poursuivre dans tous les domaines cette action.

C’est également sur le plan de l’enseignement, de l’enseignement du français, de l’accompagnement de l’enseignement supérieur que je veux que nous puissions améliorer la chose et c’est évidemment également la culture, la culture mauritanienne rayonne en France et je souhaite lui rendre hommage. Nous allons égrener la journée de plusieurs rencontres avec certaines grandes figures de la culture mauritanienne qu’il s’agisse du cinéma ou d’autres disciplines. C’est aussi l’excellence dans le domaine scientifique avec une école polytechnique qui produit des élites scientifiques remarquables.

Je souhaite que la relation bilatérale puisse s’intensifier sur ces lignes, que l’action dans toute la région du Sahel puisse, elle aussi, avoir des résultats concrets dans les prochains mois comme nous avons eu des résultats concrets dans les mois qui viennent de s’écouler et que l’échange que nous allons avoir dans quelques instants avec l’ensemble des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine permette là aussi de prendre quelques décisions concrètes.

Merci Cher ami, Monsieur le président pour votre invitation et merci pour ces actions communes./.

Dernière modification : 03/07/2018

Haut de page